Les joints utilisés en plomberie

Deux pièces imbriquées, en métal ou en matière plastique dure, ne peuvent pas être étanches sauf dans des cas exceptionnels d’alignement et de raccordement. Ce qui n’est pas bien sûr le cas dans le domaine de la plomberie. C’est pourquoi on a inventé les joints, pouvant rendre parfaitement étanche la tuyauterie, et surtout pour rendre possible son installation à tous.

Si les joints en filasse ont été les plus utilisés en plomberie, il existe de nos jours toute une variété de joints, parfois adaptés à des situations bien précises. Il existe aussi de types de joints : les joints filetés à appliquer normalement sur les raccords à pas de vis et les joints compacts à insérer entre deux parties avant le serrage.

Les joints en filasse

La filasse utilisée en plomberie est en réalité de la filasse de chanvre. La filasse est spécialement indiquée pour les tuyaux en acier ou réalisée dans un autre métal comme le cuivre. Elle n’est cependant efficace que sur les raccords à pas de vis, dits raccords filetés.

Le système est assez simple, il suffit d’enrouler la filasse sur l’ensemble du pas de vis du raccord mâle, de l’enduire de pâte à joint ou de mastic à joint, et de l’enfoncer dans le raccord femelle en vissant, c’est-à-dire en le tournant dans le sens des aiguilles d’une montre.

Les joints en TEFLON

Téflon est en réalité l’abréviation de TEtra Fluoroéthylène auquel on a ajouté la terminaison ON, utilisé pour différencier les matières plastiques. Le téflon est devenu incontournable dans la plomberie, une alternative plus facile à mise en œuvre que la filasse. En effet, les joints en téflon se retrouvent en ruban enroulé à la manière d’un ruban adhésif et il n’est plus question de préparer une pâte à joint. Il suffit alors de recouvrir entièrement le raccord mâle de joint en téflon et de le raccorder à la femelle, de la même manière que si on utilisait de la filasse.

Il existe aussi un autre type de joint réalisé en téflon, généralement appelé joints en PTFE. Ce sigle veut dire Poly Tétra FluoroEthylène. Ces joints sont compacts et sont surtout reconnus pour leur résistance aux produits chimiques (presque tous les produits), à la chaleur (jusqu’à 250°C), à la forte pression (jusqu’à 100 bars) et au temps. Les joints en PTFE se retrouvent surtout de nos jours dans les chaudières à gaz et commencent à faire leur apparition dans d’autres équipements dans d’autres domaines.

Les joints en caoutchouc

Le caoutchouc a aussi été utilisé depuis longtemps dans la plomberie. Il ne s’agit pas cette fois d’un joint à appliquer au filetage du raccord. Le joint en caoutchouc se met entre deux parties parfaitement alignées (deux tuyaux par exemple ou deux objets en plastique dur). La fixation, normalement à pas de vis ne sera pas liée au joint et n’aura d’effet que de rapprocher les deux parties à assembler, et à légèrement (ou non) compresser le joint en caoutchouc, situation idéale pour son efficacité en tant que joint d’étanchéité. Les parties assemblées ne doivent pas avoir des bouts tranchants au risque de perforer le caoutchouc lors du serrage. Les joints en caoutchouc ne sont donc généralement pas utilisés pour des raccords de tuyaux en métal, voire en PVC.

Il existe deux types de joints en caoutchouc, les joints plats et les joints toriques. Les joints plats sont utilisés pour assembler deux parties fixes à bouts plats et les joints toriques sont utilisés pour l’étanchéité des parties mobiles. Les joints toriques sont surtout présents de nos jours dans les robinets.

Les joints en fibre vulcanisée

Les joints en fibre vulcanisée ont une réputation, celle de joint « bon marché » et par déduction de qualité inférieure. Ces joints généralement de couleur rougeâtre sont surtout utilisés dans la robinetterie et le chauffage. Ils peuvent supporter jusqu’à une température de 80°C.

Les joints en fibre vulcanisés ne sont pas résistants. Ils perdront leur efficacité au bout de quelques années surtout si votre robinet ou votre équipement est souvent soumis à de fortes vibrations.

Les joints en CNA

Les joints en CNA ou joints verts sont surtout reconnus pour leur résistance aux fortes vibrations. Ils peuvent aussi supporter une pression de 100 bars. Les joints en CNA sont donc surtout utilisés dans le milieu industriel et surtout dans des installations « à risque ».

Les joints en CSC Watts

Les joints CSC (Caoutchouc Synthétique Cellulose) sont à base de fibre cellulosique et de liant élastomère NBR. Le brevet de ce type de joint est détenu par Watts Industries, une entreprise privée. Les joints CSC Watts sont de couleur rouge. Ils peuvent supporter jusqu’à une température de 180°C et une pression de 40 bars. Ils sont surtout utilisés actuellement pour l’eau potable, mais aussi pour les circuits acheminant de l’huile, du gaz ou du fioul.

Les joints en CNK Watts

Les joints en CNK (Caoutchouc Nitrile Kevlar) sont aussi produits par Watts Industries. Les joints CNK Watts ou joints bleus sont composés de kevlar sans amiante et toujours d’un liant élastomère NBR. Ce type de joint est de loin le plus performant et le plus résistant de tous les joints disponibles sur le marché actuellement. Le kevlar qui est une fibre aramide permet à ce type de joint de supporter une température de 400°C et une pression de 100 bars. Les joints en CNK tiennent de ce fait une très grande place dans l’industrie. Ils peuvent être utilisés pour les circuits acheminant l’eau (même à forte température), la vapeur, les produits hydrocarbures…

Quelques précautions d’usage

Il faut veiller à contrôler les joints périodiquement. C’est la partie de la tuyauterie qui pose le plus problème. En cas d’intervention sur une partie nécessitant le démontage d’un joint, qu’il soit en filasse, en téflon ou en joint compact, il est toujours conseillé de refaire ou de remplacer le joint. Un joint démonté une fois est un joint endommagé.

Il ne faut pas non plus trop insister sur le serrage. Une trop forte pression peut endommager le joint. Et même si des fuites persistent, le joint n’est pas toujours le seul responsable. Il faut aussi comprendre que certains joints deviennent surtout performants une fois humidifiés. Vous devez donc attendre que ces derniers soient bien gonflés avant de certifier réellement qu’ils sont en mauvais état et qu’ils occasionnent des fuites. Un tel constat peut ne pas être visible qu’après quelques heures voire quelques jours dans certains cas.

Vos dernières recherches sur Les joints utilisés en plomberie : plombier paris devis gratuit Verberie, tarifs plombier, tarif plomberie 60610, artisan plombier, plombier prix Chaumont-En-Vexin 60240, inspection par vidéo des canalisations, devis plombier paris Verneuil-En-Halatte 60, plombier devis, dépannage chauffe-eau Crépy-En-Valois , débouche canalisation, plomberie sanitaire 60340, urgence plombier, débouchage tuyauterie Clermont 60600, la plomberie, plombier paris tarif Beauvais 60, dégorgement wc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *